XXe siècle

Depuis 2008, le musée des Beaux-Arts de Dijon est engagé dans une grande rénovation; la deuxième tranche des travaux est en cours et concerne notamment les salles présentant le XXe siècle. Cette partie sera donc visitable dès 2019.

 

Le XXe siècle est fortement associé à l'importante donation effectuée par Pierre et Kathleen Granville en 1974, 1976 et 1986. A côté de la donation Granville, des artistes régionaux et des peintres figuratifs prolongent la tradition du XIXe siècle.

La sculpture bourguignonne est encore bien vivante dans les trois premières décennies du siècle (François Pompon, Henri Bouchard). Parallèlement, le Cubisme (Juan Gris, Albert Gleizes) est en France un mouvement d'avant-garde majeur, qui entraîne dans son sillage des peintres de l'Europe de l'Est attirés par Paris (Louis Marcoussis, Serge Charchoune).
L'entre-deux guerres est marquée par quelques peintures à l'expression puissante et singulière (Francis Gruber, Jean Fautrier, Georges Rouault, Pierre Tal Coat).
L'ensemble le mieux représenté regroupe des artistes d'une génération postérieure qui, ayant assimilé la tradition, s'expriment avec les moyens de la modernité et une transposition subjective de la réalité. Les sculpteurs Etienne Hajdu, Emile Gilioli, les peintres Nicolas de Staël, Maria-Helena Vieira da Silva, Apard Szenes, Alfred Manessier, Jean Bertholle sont très présents.
D'autres artistes affirment le pouvoir tout puissant de la couleur (Charles Lapicque) ou celui du geste (Jean Messagier, Jean Degottex).